En ce début 2018, il devient urgent de rêver. Non pas rêver à nos prochaines vacances, même si c’est fort agréable, mais rêver à ce que nous voulons que le monde devienne. Aujourd’hui, nous sommes face à de nombreux défis qui nécessitent que l’on utilise tout le potentiel de réflexion et d’action actuellement disponible.

Nous sommes persuadés qu’une grande partie des solutions viendra d’un changement plus positif de la gouvernance d’organisations. Dans ce monde devenu très complexe et dans lequel l’homme a toujours plus d’impact, il n’y a plus de solutions simples et faciles. Les mondes politiques, économiques, sociaux et privés ne peuvent plus continuer à construire un monde mécanique au détriment du monde que nous habitons et en n’assumant pas ce que nous Humains sommes.

Voulons-nous vraiment laisser derrière nous un monde dystopique inspiré par les meilleurs films de science-fiction? Pourquoi n’arrivons nous pas à quitter le paradigme mécanique et déterministe dans lequel nous bâtissons notre société? Quelles sont les valeurs sur lesquelles on veut bâtir le monde? Autant de questions sans solutions évidentes. C’est donc pour cela qu’il faut rêver et envisager de nouvelles possibilités d’évoluer.

Notre conviction est que pour évoluer il faut remettre confiance, agilité et positivisme au cœur des organisations.  Cela mis en place, on assistera à l’émergence de solutions nouvelles aux défis qui nous attendent. Déjà beaucoup de signaux pointent vers ce changement nécessaire. Argent serviteur, bienveillance, confiance, intelligence collective… sont autant de mots qui doucement commencent à entrer dans le vocabulaire de la gouvernance. Et en cherchant quelque peu, on trouve vite de nombreuses nouvelles approches telles que les entreprises libérées, les initiatives de transitions, de coopératives participatives… qui nous montrent que cela peut fonctionner sans détruire les apports importants du dernier siècle. Les prémices du rêve sont bien visibles. A nous de nous en inspirer.

Mais ne soyons pas non plus naïf de croire que tout sera réglé avec une approche différente. Loin d’un éden perdu, le monde de demain, même positif, sera un maelström de diversités, d’opportunités, d’expériences et de défis. Il sera même plus difficile d’en saisir toute la richesse et les opportunités sans que nous, en tant que personne, n’ayons pris le soin d’évoluer et d’acquérir un autre sens de nos nouvelles responsabilités.

 

 

 

 


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.