Lorsque l’on parle d’organisations et encore plus d’entreprises nous pensons généralement à performance, productivité, rendement, efficacité… Beaucoup moins souvent parlons-nous de sens. Même l’organisation spéciale, porteuse d’un projet politique, qu’est l’État est maintenant principalement liée à cette notion de performance. Il reste malgré tout un type d’organisation pour lequel nous considérons qu’il est compatible avec la notion de sens. Ce sont les organisations sociétales.

La performance comme finalité ?

Alors devons-nous définitivement oublier ce mot dans le cadre des organisations ?

Nous pensons que non. Mais avant de voir comment inclure le sens dans l’organisation, penchons-nous très rapidement sur cette notion de performance qui semble être le mot le plus associé au mot organisation. Pour nous, la performance n’est pas un objectif en soi, c’est principalement un moyen d’assurer la pérennité tout en respectant les différents engagements. Tout comme l’air que nous respirons la performance, l‘efficacité… sont nécessaires à la vie mais ne sont en aucun cas un objectif. Nous ne vivons pas pour respirer ! Cela semble simple. Oublions également l’argument que l’entreprise est là uniquement pour rémunérer les risque pris par les actionnaires. Sont-ils vraiment les seuls à prendre des risques importants dans cette aventure ?

Le besoin de sens.

Si l’on accepte que la seule rentabilité financière n’est pas l’objectif d’une organisation alors nous ouvrons la porte à la notion de sens. Quand on écoute attentivement autour de nous, on remarque que de plus en plus d’employés se plaignent d’un manque de sens de leur travail. On entend également que le système actuel perd ses valeurs. Ces symptômes nous rappellent qu’une organisation a une vocation humaine forte et n’est pas une construction virtuelle indépendante du monde dans lequel elle existe. Nous considérons qu’assurer que le sens se retrouve au cœur des organisations va mettre en place une dynamique positive qui va mener à la performance et ainsi assurer la pérennité de l’organisation et permettre la rémunération des risques pris par la majorité des intervenants.

Mettre du sens.

Mettre du sens dans une organisation peut se faire à différents niveaux. Nous avons identifié 3 niveaux principaux qui peuvent être abordés indépendamment mais qui idéalement sont traités en parallèle.

1. Le pourquoi de l’organisation.

Concept très à la mode, définir le pourquoi de son organisation est devenu une étape nécessaire. Que cela soit lors de sa création ou à posteriori on va définir de manière claire la raison profonde de l’existence d’une organisation. Dans ce pourquoi on ne s’attend pas à voir simplement : gagner le plus d’argent possible. Il faut aller plus loin et trouver l’élément de motivation principal. Là nous retrouvons une première présence du sens dans l’organisation. Et si l’exercice du pourquoi est fait avec authenticité, nous y trouvons un moteur d’action aussi fort que le sens qu’il donne.

2. L’organisation elle-même.

L’organisation n’existe pas en dehors d’un univers ou d’un écosystème dans lequel elle « vie ». On pourrait penser que le monde n’est qu’un vaste champ de ressources à consommer et n’est qu’un marché sur lequel écouler sa production. Hors c’est oublier un peu vite que cet écosystème est la réalité et le cadre de vie de tous les êtres humains et non un concept abstrait qui n’a qu’un impact très limité sur ce cadre commun de vie. Chaque organisation doit, c’est une de nos principales convictions, donc se considérer comme un acteur à part entière d’une immense scène collective. Ceci explique les nombreuses initiatives de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) qui se greffent aux activités de l’entreprise. Néanmoins nous considérons que l’organisation devrait idéalement s’assurer que ses actions agissent positivement, et donc avec sens, sur l’écosystème dans lequel elle vie.

3. La gouvernance de l’organisation.

Comment l’organisation fonctionne et comment elle évolue vont partie d’une gouvernance plus ou moins consciemment choisie. Chaque décision liée à la gouvernance devrait être porteuse de sens. Quelle schizophrénie ce serait de créer du sens au niveau de l’organisation et en même temps de mettre en place un modèle de gestion qui ne réponde pas aux besoins des hommes et femmes qui y travaillent. Comment peuvent-ils s’investir à fond et se sentir engagés malgré un projet commun cohérent et porteur de sens si les modes de fonctionnement leur semblent insensés? La gouvernance doit donc évoluer pour reconsidérer l’humain dans sa globalité et non pas seulement sur ses seuls besoins de rémunération. En référence à la fameuse pyramide de Maslow, chacun des niveaux devrait pouvoir être nourri.

L’impact personnel.

Avec une organisation qui intègre du sens aux différents niveaux déjà identifiés, tout en tenant bien évidement compte de la réalité et finalité économique, les employés pourront, souvent avec le soutient du leadership, progresser et retrouver le goût de l’investissement et du développement personnel. Ils redonnent alors un sens à leur vie professionnelle, ce qui impactera positivement leur vie privée. Quelle belle récompense pour le leadership que de voir grâce à leur soutien les membres de l’organisation grandir et déployer leurs capacités souvent insoupçonnées. Cette organisation crée par et pour les humains et non pas pour elle-même sera un vecteur puissant d’engagement et indirectement de productivité.

L’effet boule de neige du sens aux différents niveaux.

Mettre en place cette approche ne se fait pas de manière mécanique. Il faut mettre en place diverses initiatives qui si elles sont intégrées dans un approche holistique permettront de se renforcer mutuellement. Une meilleure définition de la gouvernance peut amener à une meilleure organisation et promouvoir des comportements qui renforceront cette gouvernance ou la productivité nécessaire à la pérennité et la mission de l’entreprise. Le sens de la mission va donner l’énergie nécessaire au développement personnel… Si un des niveaux du sens est oublié, il est fort probable que cela va limiter fortement l’impact global des initiatives.

Un nouveau monde de possibles.

Authenticité, approche globale, patience, acceptation de l’échec, acceptation de la responsabilité de l’organisation, bienveillance, écoute active… sont les fondations de la mise en place d’organisations qui intègrent la notion de sens à tous les niveaux. La récompense en est l‘utilisation beaucoup plus importante de tout le potentiel existant et l’ouverture à tout un autre monde de possibles.

En passant de la performance à la présence, le concept que nous avons développé, nous pensons que l’organisation démarre un chemin de transformation qui mènera à une liaison étroite des mots organisation et sens, ce que nous pensons être un important vecteur de succès.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.